DSCF1532

Le sphynx, un chat comme un autre… focus alimentation

Il y a quelques semaines, j’ai été invitée au campus Royal Canin pour en apprendre un peu plus sur l’alimentation du chat et leur façon de travailler dans ce domaine.

J’ai accepté de collaborer avec eux pour différentes raisons. La première est toute simple… c’est  que mon chat, Bimo, consomme des croquettes Royal Canin depuis son sevrage réalisé chez son éleveur. J’ai pour ma part continué à lui donner ce type de croquettes, car j’étais en confiance avec la marque depuis plusieurs années et que je voyais bien qu’elles convenaient à mon chaton.

La seconde chose qui m’a fait accepter ce partenariat, c’est que la collaboration est individualisée. En effet, nous sommes différentes blogueuses à collaborer avec la marque cette année, mais nous proposerons chacune des thèmes différents et personnalisés. Pour ma part, je vais parler du sphynx, de ses particularités, mais aussi de la cohabitation avec un enfant et surtout, d’alimentation. De part mon métier et ma formation, même si cela concerne pour moi l’alimentation humaine, mes connaissances en diététique me permettent de me poser les bonnes questions (en toute modestie) pour faire des choix alimentaires. J’avais toute fois besoin d’en apprendre plus sur l’alimentation du chat… ce qui m’amène à la troisième raison qui m’a donné envie de m’associer à la marque.

En effet, on m’a proposé de rencontrer des vétérinaires et de pouvoir poser toutes les questions que je souhaitais, quand je le souhaitais. Ce qui me tiens à coeur, c’est surtout de partager les bonnes infos, celles qui se perdent entre les polémiques et les incompréhensions souvent croisées sur le net.

Alimentation du chat

Le Campus Royal Canin
Situé en Camargue, le campus regroupe à la fois une usine de production de croquettes pour chats et chiens, les bureaux du siège social, des labo de recherche mais aussi, un chenil et une chatterie.

Royal Canin propose 3 gammes d’alimentation, la gamme “Pro”, pour les professionnels travaillant avec des animaux, la “Vet” avec des croquettes adaptés à des pathologies spécifiques, qui sera vendu chez les vétérinaires et la “SPT” proposée en animalerie. Dans le but de proposer une nutrition santé, la plus adaptée à l’animal, ces produits sont toujours vendus dans un lieu dans lequel on peut avoir accès aux conseils spécifiques d’un vendeur. Ils ne seront jamais vendus en super marché par exemple.

Lors de notre journée sur place, nous avons donc pu visiter l’usine et en apprendre un peu plus sur la fabrication des croquettes. Cette usine produit l’alimentation sèche (à savoir des croquettes) pour fournir toute l’Europe.

Niveau approvisionnement, ils tachent au maximum de se fournir en matières premières étant le plus proche géographiquement. On retrouve souvent l’Espagne comme pays fournisseur, de part la proximité géographique avec ce pays.
Ici on ne parlera pas d’ingrédient, mais plutôt de nutriment. Il faut savoir que l’usine achète des nutriments (protéines, glucides, lipides, fibres et minéraux) plutôt que des produits à transformer (comme on pourrait imaginer l’arrivée de carcasses de boeuf ou de déchets de poulet par exemple).

C’est un truc qui m’a étonné perso…  bien évidemment, cela existe et n’est pas gage de “qualité” ou “non qualité” du produit final. Ce qui fait la valeur de ce dernier, c’est le choix de la matière première.

Il faut savoir, et ça aussi je l’ai appris ce jour là, qu’il est interdit de faire des élevages animaux  à destination de la production d’alimentation animale. Les achats sont donc sur le même marché que pour l’alimentation humaine. D’où l’achat fréquent de “bas morceaux” et autres carcasses qui sont difficilement utilisées pour la production d’aliments humains (et encore… mais ça, c’est un autre sujet).

Royal Canin à donc fait le choix d’acheter des nutriments comme je vous le disais plus haut, en suivant un cahier des charge très précis. Il y a un fort engagement de leur part sur la qualité des matières premières. Des audits sont régulièrement faits chez leurs fournisseurs et tout arrivage subit une analyse afin de s’assurer que la livraison corresponde à ce qui à été commandé. Le tout est ensuite répertorié de façon à garantir la traçabilité de chaque nutriment.

Du coup, “y’a quoi dans leurs croquettes ?!”
En gros, ça ressemble un peu à de la pâtisserie… avec des sortes de poudres de protéines, des sortes de farines (ou plus précisément des amidons) et puis de l’eau et de la matière grasse.

On fait une grosse pâte de tout ça et on l’envoie dans des gros tuyaux pour la faire traverser des moules avec couteaux rotatifs pour donner la forme des croquettes. En gros, imaginez une machine à churros géantes avec une petite hérisse qui viendrait couper le pâte à la sortie.

Chaque croquette a sa propre forme. Celle-çi est étudiée pour convenir au mieux à l’animal. La morphologie de sa mâchoire, son âge, son besoin de mâche, l’augmentation du volume alimentaire… par exemple.

Ensuite, les croquettes sont directement aspirées pour subir un processus de déshydratation rapide, leur procurant le côté soufflé et croquant qu’on leur connait.

Voila, c’est un peu simplifié certes, mais ça ressemble pas mal à ce que j’ai pu voir et que l’on m’a expliqué. Les croquettes sont ensuite mise en sachets ou envoyées dans des “big bags” vers une autre usine pour une mise en sachet spécifique (comme pour les japonais par exemple).

Alimentation du chat et campus Royal Canin

Alimentation du chat et campus Royal Canin

Je vais revenir sur la composition en nutriments, car c’est pour moi un point important.
C’est important pour moi, mais je crois que ça l’ai pour beaucoup d’autres personnes qui se posent des questions sur ce que l’on donne à manger à nos animaux. Je parle ici de chiens et de chats uniquement.

Niveau nutriments, on va trouver des protéines (d’origine animale ou végétale) , des glucides (sucres complexes) et des lipides (graisses) mais aussi des fibres, des vitamine et minéraux.
Je me suis intéressée aux besoins du chat en particulier pour savoir si cela pouvait être différent de l’homme. L’alimentation est un équilibre entre les différents nutriments, mais qu’en est il chez nos animaux de compagnie ?

On entent souvent dire que le chat/le chien est un carnivore et qu’il ne doit donc manger que de la viande… et que donc les céréales et les graisses n’ont rien à faire dans leurs aliments.

La meilleur comparaison que j’ai pu entendre des vétérinaires, c’est que “la viande n’est pas une proie”.
Et j’ai tout de suite compris où ils voulaient en venir.
En effet, un morceau de viande va contenir des protéines et des lipides, avec finalement peu de minéraux, fibre et autres vitamines…
Alors que dans une proie (comme un sourie ou un oiseaux par exemple), on retrouvera tous les nutriments nécessaires au besoin nutritionnel de l’animal. En mangeant les organes de la proie, on retrouvera en plus des glucides (dans le foie par exemple ou dans le reste de l’estomac.. désolée, ça peut peut être en gêner certains et je m’en excuse, mais je préfère exposer les choses comme elles sont), des minéraux dans le squelette, des lipides dans le cerveaux… et des fibres avec l’ingestion de poils ou autres plumes.

Je trouve que c’est important de le réfléchir comme ça et que cela montre que nourrir un carnivore n’équivaut pas à lui donner de la viande.

Concernant les nutriments…
Commençons par les protéines. Chez un carnivore, elles sont utilisés pour produire de l’énergie, ce qui n’est pas le cas chez l’homme, qui lui, utilisera en première intention les glucides, puis les lipides et enfin, les protéines, s’il n’a plus rien d’autre à bruler.
Mais elles ont aussi un rôle de constitution musculaire bien entendu.

Les protéines peuvent être apportées par différents ingrédients. Soit d’origine animale comme les protéines de porc ou de volaille, soit d’origine végétale comme des protéines de blé ou de maïs.
Ces différentes protéines sont toujours choisies pour leur qualité convenant à l’animal. L’assimilation est d’ailleurs contrôlée grâce à un des analyses pratiquées sur des recueils d’urine et de selles chez les animaux vivant sur le campus (j’y reviens plus bas).

Les glucides ont quant à eux un rôle énergétique. Par leur présence dans l’alimentation du chat/du chien, on “épargnera” les protéines, qui garderont alors leur rôle “plus noble” de construction et renouvellement de la masse musculaire. En effet, ces dernières ont une rentabilité peu efficace, si l’on peut dire, et les glucides sont plus digestes que les protéines, même chez un carnivore car son système digestif est tout à fait adapté à leur digestion. Ils sont également moins sujet à donner des allergies alimentaires que les protéines.

Les amidons (glucides complexes) jouent également un rôle de texturant pour réaliser des croquettes. Sans eux, ils serait très compliqué d’obtenir une croquette.

Quant aux lipides, ils peuvent être un mélange de graisses d’origines animales et/ou végétales (des huiles). Ils vont également avoir un rôle d’apport énergétique mais aussi de vitamines (liposolubles – liées aux graisses).

J’ai souvent entendu des question au sujet de la présence de céréales dans les croquettes… Après tout cela, on comprend donc que la mention “céréale”  se retrouve classiquement dans la liste des ingrédients d’un paquet de croquette. Ils peuvent à la fois être source de protéines et de glucides.
Le plus dérangeant dans l’analyse de l’étiquetage serait à mon sens que l’on ne puisse pas avoir la notion de l’origine des protéines choisies pour la compo de l’aliment. A savoir si les protéines utilisées sont de bonne ou de mauvaise qualité…  mais le prix et le lieu de vente de l’aliment peuvent être un premier indice sur cela.

Alimentation du chat et campus Royal Canin

Alimentation du chat et campus Royal Canin

Alimentation du chat et campus Royal Canin

Alimentation du chat et campus Royal Canin

Alimentation du chat et campus Royal Canin

La chatterie et le chenil
Je vous avoue que c’était la visite que j’attendais avec le plus d’excitation ! Non pas que porter une petite charlotte, une blouse, des lunettes de protection et des sur-chaussures dans l’usine ne m’ai pas amusé… eheeh
Vu que nous sommes des maitresses (oui il n’y avait pas de mec dans la bande) de chat(s), nous avons fait la visite de la chatterie. Mais nous avons tout de même croisé des chiens en balade ou en “sortie piscine”.

Sur place, les animaux ont une “carrière” de 6 ans max. Ils sont adoptés chez des éleveurs partenaires et vivent sur le campus, par petits groupes de races similaires ou différentes, dont les caractères sont compatibles. Ils ont accès à différentes pièces à la déco digne d’un catalogue Ikea, ont des jouets qui feraient pâlir d’envie mon fils et ont également accès à l’extérieur grâce à des chatières.

Le truc chouette aussi, c’est que chaque animal possède un parrain ou une marraine. Cette personne est un employé Royal Canin, travaillant sur le campus. Elle à des droits et des devoirs envers l’animal et vient lors de ses pauses promener sont animal ou passer un moment câlin avec lui.
En fin de carrière de l’animal, le parrain ou la marraine est prioritaire sur l’adoption de celui-ci. Sinon, il trouvera un maitre sur les recommandations d’un des employés.

Les employés ont également la possibilité de venir au travail avec leur propre animal (en général, un chien plutôt qu’un chat.. ).

En ce qui concerne la “carrière” du chat/chien  chez Royal Canin, cela consiste simplement à vivre sa vie d’animal. En gros : manger, dormir, ronronner, aboyer, courir, faire pipi et caca…
Royal Canin “profite” de la présence de ces animaux pour faire des tests d’appétence de leurs croquettes. Chaque animal à son alimentation définie en fonction de ses besoins spécifiques, qu’ils soit d’une race particulière ou “européen”, malade (exemple : problème de reins ou maladie de peau…) ou en bonne santé…
L’animal sera amené à comparer des croquettes, tester les nouveautés et voir celles qui lui donnent envie ou celles qu’il mangera le plus (relevé du poids des gamelles).
On récoltera parfois des selles ou de l’urine de l’animal pour analyser la digestiblité de l’aliment.
Voila, rien de plus… si l’animal est malade, il sera gardé sur place si son état le lui permet et sera nourri avec une alimentation adaptée ou proposé à l’adoption plus tôt si nécessaire pour lui. Tout est vraiment fait dans le respect et l’amour des animaux.

La bas, j’ai pu câliner quelques maincoon lors de leur promenade extérieure (tout l’inverse de mon Bimo… ehehe) mais aussi jouer avec des européens (ceux qu’on appelle habituellement “chat de gouttière”). Mon petit coeur a fait boom lorsque j’ai aperçu une petite femelle sphynx, dont je n’ai hélas pas retenu le nom. Elle était toute ronronnante, si fine et élégante comparé à mon Bimo. Je l’aurais bien glissée dans mon sac tiens…

Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx

Même si mon articles commence à être long… je voulais en profiter pour vous parler un peu du sphynx. Vous êtes nombreux à me demander des infos sur la race de mon chat et c’est l’occasion d’y répondre.

Concernant l’alimentation, comme je l’ai dit dans le titre de cet article, le sphynx est un chat comme les autres et tout ce que j’ai dit plus haut sur les besoin et l’alimention est valable pour lui. Mais comme toute les races, il a des spécificités qui font qu’il est mieux de leur proposer quelque chose d’adapté pour lui.

Le sphyx est un chat qui possède une masse musculaire plus élevée que la moyenne des chats. Cela est pour assurer sa thermorégulation. En effet, le muscle produit de la chaleur en brulant de l’énergie. Le sphynx a besoin de produire plus de chaleur et a donc besoin de plus d’énergie. Son alimentation doit donc être adaptée et lui apporter l’énergie suffisante.

Quand j’ai adopté Bimo, il avait 4 mois et avait été sevré avec des croquettes Royal Canon pour chaton (Kitten). En plus d’être adaptées aux besoins du bébé chat, elles ont toutes petites et de textures convenant à leurs petites gueules.
Je complétais avec une alimentation humide, à savoir un demi petit sachet d’émincés en gelée par jour (comme cela). Et ce, jusqu’à l’âge de 1 an. Je n’ai eu aucun problème d’adaptation car j’ai continué ce qu’il avait chez l’éleveur et cela semblait lui convenir.

Ensuite, à 1 an, je suis passée aux croquettes spéciales sphyx avec un sachet d’émincé en sauce adapté à la beauté de la peau.

D’ailleurs, pour info, on sait si un aliment convient à son animal de façon très simple. Il aura des selles de texture et d’odeur normal, tout en prenant du poids progressivement (si c’est un chaton) ou en le stabilisant lorsqu’il est adulte.
Si les selles sont plus liquides ou plus nauséabondes qu’à la normal, c’est qu’il y a un problème. Souvent, c’est un signe que les protéines ne sont pas bien absorbées.

Parenthèse caca terminée… je vais pouvoir enchainer sur la partie “peau du sphynx” !

Je vous ai fait quelques photos pour vous montrer que le sphynx n’est pas vraiment nu et possède un petit duvet. En gros, ce sont des petits poils tout courts et ras qui lui procurent une douceur incroyable ! Si si, je vous assure ! Ensuite, il a  des zones du corps un peu plus velues, comme le dessus du museau et le pourtour des yeux, mais aussi le dessus des oreilles et les bouts des pattes. Certains sphynx sont plus ou moins nus et peuvent avoir des poils sur la queue voire même posséder des moustaches. Ce qui n’est pas vraiment le cas de Bimo (ni de mon premier sphynx Zayan).
Bimo peut parfois avoir des petites moustaches qui poussent mais tombent pour ne jamais dépasser 3mm… et bien que l’on sache que les chats utilisent les moustaches et vibrisses pour se repérer dans l’espace, sans que je ne l’explique car je ne suis pas une pro du sujet, les sphynx ne semblent pas avoir de problème particulier à ce sujet.

Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx
Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx
Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx
Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx
Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx
Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx

Côté peau, le sphynx présente aussi des… points noirs ! Et ça c’est aussi variable en fonction des chats. Bimo en possède de magnifiques sous le menton.. et il n’est pas très compatissant pour se les faire enlever. Je profiter toujours d’un câlin sieste pour lui en retirer un ou deux. Beurk. Mais après, ça tourne à la bagarre…

Alors oui, c’est quand meme bien cool de ne pas se retrouver avec des poils partout dans la maison ! C’est un truc que j’apprécie tous les jours ! Moi qui suis allergique aux chats, cela me permet de cohabiter avec un chat sans avoir besoin de traitement au quotidien.
Mais il faut savoir que l’allergie n’est pas “au poil” mais aux sécrétions du chat. On est donc allergique à la salive, mais aussi à l’urine et au sébum de la peau du chat ! Et là, ça peut devenir galère avec le sphynx parfois. Certains sphynx ont une peau qui graisse beaucoup. Le truc cracra, c’est que ça peut se déposer sur les draps, coussins et couvertures qu’il adore fréquenter. Ou même se déposer sur les arrêtes de murs ou meubles auxquels il adore frotter son museau. Et oui… j’ai pris le parti de vous dire toute la vérité, rien que la vérité… tout n’est pas rose avec les sphynx !

La solution, c’est de laver régulièrement votre chat. J’ai la chance que Bimo ai une “bonne qualité de peau”, comme on dit dans le milieux (ahah) et il ne graisse donc pas trop. Cela m’évite d’être en crise d’allergie, mais je veille quand même  à ne pas me frotter les yeux et me toucher le visage après l’avoir caressé.
Le bain, j’ai essayé de l’y habituer petit. Même si il ne semble pas super fan, il se laisse faire (avec bonne maitrise de ma part). Il me semble qu’il appréciait plus quand il était chaton… dommage ! Malgré tout, il adore me tenir compagnie quand je me douche et prendre sur lui toutes les projections d’eau… allez comprendre.
Certains sphynx adorent l’eau et se glissent sous la douche ou dans le bain de leur maitre, volontairement !

Pour ma part, je le lave en moyenne une fois par mois. Il m’arrive toute fois de ne pas y réfléchir et de lui donner un bain si je le trouve sale. Il faut dire qu’il adore “faire l’éléphant” et se rouler dans la terre et la poussière du balcon.
Et puis le sphynx est un gros fainéant et se lave très peu…
Pour info, afin d’éviter de lui faire peur, je prépare le bain avant, je garde une serviette sous la main pour l’essuyer à la sortie. J’évite d’allumer le jet de la douche en sa présence pour ne pas lui faire peur.

Un dernier point “sécrétions cracras” ça vous dit ? ahaha
Il faut savoir qu’ils sont des oreilles qui sécrètent beaucoup plus qu’un chat normal et qu’il faut donc les nettoyer régulièrement… et qu’ils ont les yeux qui coulent et font une sorte de gelée qui peut tirer vers le brun rouge… et qui se colle très bien aux murs si votre chat secoue sa tête. Sur ces derniers points, ça dépend aussi des chats, car je vous avoue que je n’ai pas du tout ces désagréments avec Bimo (on ne peut pas être relou sur tout en même temps…).

Niveau activité, et je pense que ce sera mon dernier point… les sphinx, dorment beaucoup, comme tous les chats en fait.
Pour le moment, Bimo est encore considéré comme un chaton (il a 18mois) et a donc des activités de chaton (comprendre “bêtises”).
Il dort tout de même un peu plus qu’il y a quelques mois, adore se glisser sous quelques chose de chaud (comprendre “moi” ou “mon ordinateur”) mais fréquente beaucoup mon lit lorsque je n’y suis pas.
Il ne s’attaque pas particulièrement à mes plantes. D’ailleurs, c’est un sujet qui revient souvent dans vos questions, mais je ne le traiterai pas ici, à savoir “chat et plantes toxiques”. Je vous encourage à faire vos recherches sur google ou lire ce très chouette article (en anglais) chez mes chers amis d’Urban Jungle Bloggers.
Bimo, lui, préfère faire tomber des objets… je pense que c’est plus de la provocation, car il ne fait cela que lorsque je peux en être témoin et ne fait pas de bêtise en mon absence. Je dois encore approfondir la psychanalyse de notre relation pour trouver une solution à tout ça… eheheh

Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx
Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx
Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx

En tout cas, depuis ma rencontre avec les vétérinaires sur le campus Royal Canin, j’ai changé quelques trucs chez moi et je lui ai fait une place à lui sur mon mur d’étagères qu’il aime tant escalader et décaniller. Et depuis, j’avoue que c’est mieux. Il s’installe à coté de la télé, sur son petit coussin et peut nous observer tranquilou. Je sais qu’il lui faudrait un post d’observation encore plus en hauteur… mais n’étant pas prête psychologiquement à l’arrivée d’un arbre à chat dans ma vie (au grand désespoir d’Armand), je dois lui aménager une petite plateforme qui le sécuriserait certainement plus dans mon intérieur quelques peu chargé.

Alimentation du chat et petites vérités sur le sphynx

J’espère que toutes ces infos vous seront utiles si vous projetez d’adopter un chat, sphynx ou non, ou que vous en possédiez déjà un. N’hésitez pas à me poser vos questions si mon article n’y répond pas, sachant que je ne suis pas une pro et que je n’aurais donc certainement pas réponse à tout, mais si je peux vous aidez, ce sera avec plaisir !

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer



There are no comments

Add yours